Prepublication du tome 2 de Betsy cet été dans l'EST-ECLAIR

Publié le par bullesdetroy

Extrait de l'article paru dans l'EST-ECLAIR du dimanche 9 juillet .

(Copyright EST-ECLAIR )

Retrouvez Betsy en avant première tout l'été dans le journal.

 

Olivier Marin et Jérôme Phalippou ont planté le décor du tome 2 de la BD « Les aventures de Betsy » en grande partie dans l’Aube. Ils sont littéralement tombés sous le charme de Troyes.

En quelques mots, pouvez-vous nous décrire Betsy ?

Olivier Marin : J’ai écrit Les enquêtes auto de Margot qui ont eu un petit succès. L’éditeur m’a demandé d’écrire une série dérivée, donc j’ai inventé Betsy, sa cousine…

Jérôme Phalippou : Betsy est une jeune fille d’une vingtaine d’années qui habite en Alsace et qui connaît un événement particulier. Elle est la fille d’un garagiste à Boersch, près de Strasbourg, qui est aussi rabatteur pour les frères Schlumpf, des gars très riches et un peu barrés qui collectionnaient les vieilles voitures et ont vraiment existé. Leur impressionnante collection de voitures a servi à la Cité de l’automobile à Mulhouse. Dans le premier tome, Betsy et son père ont récupéré une vieille Bugatti Atalante accidentée et Betsy va enquêter sur cet accident. Schlumpf se rend compte de ses qualités et va recourir à ses services dans le tome 2 qui se déroule en grande partie dans l’Aube…

Pourquoi avez-vous choisi l’Aube comme décor pour ce deuxième tome ?

O.M. : On est allé à l’exposition sur « Margot et Betsy en Automobulles » à la médiathèque de Troyes l’été dernier. J’étais en train de préparer le tome 2 et on a été ébloui par la beauté du centre-ville.

J.P. : Je ne connaissais Troyes qu’à travers les dires de ma mère qui venait aux magasins d’usine. Je croyais que c’était un grand grenier à fringues ! Quand je suis arrivé à Troyes… Wahouh ! J’ai dit à Olivier qu’il fallait trouver une astuce scénaristique pour que Betsy aille à Troyes.

Quel a été le point de départ de l’intrigue pour cette bande dessinée ?

O.M.: Fritz Schlumpf s’est aperçu qu’il existait une marque de champagne qui portait son nom et a voulu la racheter. C’est une histoire vraie ! La maison de champagne se trouvait à Mareuil-sur-Ay (Marne). C’est à partir de cette anecdote que j’ai créé mon histoire…

Pourriez-vous résumer l’histoire ?

J.P : On est en 1963. Fritz Schlumpf retrouve une vieille photo dans un dossier où il voit une Rolls-Royce Silver Ghost devant la maison de champagne. Il confie à Betsy la mission d’aller la retrouver…

 

« Je croyais que Troyes était un grand grenier

à fringues. Quand je suis arrivé… Whaouh ! »

Jérôme Phalippou

Au fil de l’histoire, on voyage dans l’Aube, à Troyes et Bar-sur-Seine. Y êtes-vous venu faire du repérage ?

J.P. : J’ai passé un week-end à Troyes au mois de janvier dernier. J’ai pris 600 photos ! Sachant que beaucoup d’endroits ont changé depuis les années 1960, j’ai fait beaucoup de recherches sur Internet pour être au plus près de la réalité. Il y a 50 % de notre temps dans la documentation…

Quel a été votre coup de cœur dans l’Aube ?

O.M. : J’ai beaucoup aimé le jardin des Innocents et l’hypercentre.

J.P. : Le premier truc qui m’a intrigué, c’est le jubé de l’église Sainte-Madeleine. Jusque-là, je n’en connaissais qu’un seul en France et il est à Albi. Tout est attachant à Troyes, la ruelle des Chats, les petites places, les colombages. Même la piscine : elle est grandiose !

Pourquoi l’héroïne, à l’instar de beaucoup d’héroïnes de BD, doit-elle apparaître en femme sexy dans vos planches ?

J.P. : C’est une charte éditoriale de Paquet (l’éditeur). Et encore, ils ont un peu de mal avec elle car je l’ai dessinée en garçon manqué. Ils auraient aimé plus la voir en jupe !

O.M.: Si elle ressemble à la mère Denis, vous n’aurez pas le même résultat et c’est plus sympa pour notre public à 90 % masculin qui préfère voir une jolie blonde dans une belle auto.

Propos recueillis par Franck DE BRITO

 

Commenter cet article